Actus

Qui est Larry Page, le fondateur de Google ?

Sommaire

Sommaire

Aucun article trouvé

Abonne toi, la force tu trouveras

En remplissant ce formulaire, j’accepte de recevoir la newsletter d’EtudesTech et je comprends que je peux me désabonner facilement à tout moment.

Larry Page

Larry Page est un informaticien américain et l’un des fondateurs de Google, avec Sergey Brin. De sa volonté de créer un moteur de recherche performant, Larry Page a fondé un véritable empire pesant plusieurs milliards de dollars aujourd’hui. Études Tech revient sur le parcours du père de l’un des géants du numérique.

Les premiers pas de Larry Page dans le monde de l’informatique

Larry Page
LLUIS GENE/AFP via Getty Images

Larry Page est un ingénieur et informaticien américain né le 26 mars 1973 à Lansing dans l’État du Michigan. Il est le fils de deux professeurs spécialisés dans la programmation et l’informatique. De fait, en 1995, il obtient son diplôme d’ingénieur informatique à l’université du Michigan puis, entre dans le programme du doctorat de Stanford. C’est là-bas qu’il fait la connaissance de Sergey Brin, une rencontre qui s’avérer être un véritable tournant dans la vie des deux jeunes hommes. Ensemble, ils vont révolutionner l’utilisation d’Internet, en créant le moteur de recherche le plus utilisé à ce jour : Google.

La création de Google : Le principal accomplissement de Larry Page

Les moteurs de recherche avant Google

Au début des années 90, l’utilisation d’Internet se répand à toute vitesse, principalement dans les universités et les laboratoires. Cependant, l’utilisation des moteurs de recherche est bien différente de celle que l’on connaît aujourd’hui. En effet, il existe deux façons de procéder pour un moteur de recherche :

– Les pages peuvent être rangées en fonction de l’occurrence du mot-clé de la recherche. Par exemple, pour une requête sur le mot « ampoule », l’article qui contenait le plus de fois le mot « ampoule » était le meilleur résultat.

– Les utilisateurs classaient eux-mêmes les sites web selon leur pertinence. Cette méthode est celle employée par Yahoo! Elle était plus efficace, mais présentait un souci : les utilisateurs faisaient les classements eux-mêmes qui n’étaient pas régulièrement mis à jour.

Larry Page va corriger ces problèmes en créant le PageRank.

Lire aussi : L’histoire du prix Turing, le prix Nobel de l’informatique

La création du PageRank par Larry Page et Sergey Brin

Dans le cadre d’un projet scolaire, Larry Page parcourt le web d’Altavista et constate que le moteur de recherche remonte des liens hypertextes. Avec ces liens, il peut faire quelque chose de plus important que ce qui était proposé par Altavista. Pour approfondir son idée, il télécharge l’intégralité des données disponibles sur le moteur de recherche et crée le PageRank. C’est un algorithme qui permet de classer les pages seulement avec les liens entrants ramenant à elle. Plus elle sera référencée par des articles, plus elle va apparaître en haut de classement. L’objectif est d’améliorer le classement des pages sur un moteur de recherche et d’offrir des résultats de meilleure qualité aux utilisateurs.

Sur la base de PageRank, Larry Page et Sergey Brin vont créer BlackRub, l’ancêtre de Google. Avant d’en arriver à Google, les deux amis cherchent à le financer. Pour cela, ils demandent à Altavista et Yahoo!, les deux plus gros moteurs de recherche à l’époque d’investir dans BlackRub. Ils essuient deux refus.

Néanmoins, les deux compères ne désespèrent pas. Ils font la rencontre d’Andy Bechtolshein, un investisseur notoire de la Silicon Valley. Il accepte d’investir 100 000 dollars dans le projet de Page et Brin. C’est ainsi que le 4 septembre 1998, Google est créé dans une maison louée à Menlo en Californie. Le succès ne se fait pas attendre et, très vite, Google devient le moteur de recherche le plus célèbre. Au bout de 5 mois, les deux camarades partent s’installer à Mountain View. Là où le succès de Google est intéressant, c’est qu’il y a eu lieu uniquement grâce au bouche-à-oreille. Aucune campagne publicitaire n’a été entreprise pour faire connaître le moteur de recherche. Cela peut sembler assez paradoxal, quand on sait que, aujourd’hui, les publicités occupent un rôle central chez Google.

L’arrivée de la publicité chez Google

Google parvient à acquérir assez rapidement une certaine renommée, mais les retombées économiques ne sont pas très importantes. Pour pouvoir maximiser les bénéfices, Larry Page et Sergey Brin décident donc de mettre en avant la publicité. Dans les faits, lors d’une recherche Google, les pubs sont parmi les premiers résultats. Pour chaque clic grâce à la promotion de Google Ad (le service de publicité du moteur de recherche), l’annonceur devra verser une certaine somme qui peut varier, c’est ce qui est appelé le « coût par clic » ou « CPC ». En 2023, un clic coûte entre un et deux euros. Cependant, au regard de la place primordiale occupée par Google parmi les moteurs de recherche, l’entreprise américaine laisse présager de beaux bénéfices. Cette méthode est efficace et permet à Google de se positionner assez rapidement parmi les plus grands publicitaires mondiaux.

Les idées de Larry Page pour étendre Google

Larry Page

Pour pouvoir s’étendre, Larry Page met en place plusieurs services Google qui vont s’avérer très efficaces. Parmi eux, on retrouve Google Maps, Google Chrome ou encore Gmail. Ces trois logiciels sont parmi les plus utilisés dans leur domaine respectif. Larry Page va également racheter des entreprises prometteuses, les développer, afin de pouvoir toucher un maximum de bénéfice.

Cela commence en 2005 avec le rachat d’Android qui était loin d’être le mastodonte de la téléphonie que l’on connaît aujourd’hui. Même s’il y a un recul progressif au profit d’Apple, en 2022, 75% des téléphones mobiles en circulation étaient des Androids.

Google rachète aussi YouTube en 2006. À cette époque, le site n’en était qu’à ses balbutiements, mais Larry Page a choisi de miser dessus. Pari payant puisque YouTube est devenu le numéro un en matière d’hébergement vidéo, au détriment de Dailymotion.

Les projets non-aboutis de Google

Google + : le réseau social de Larry Page

En juin 2011, Larry Page arrive avec une idée innovante : Google +. En théorie, c’est le réseau social de Google. Il permet de créer des cercles par affiliation pour pouvoir distinguer ses amis, ses collègues ou encore sa famille. L’idée est intéressante sur le papier. Un réseau social à la croisée des chemins entre Facebook, WhatsApp et Instagram. Le réseau social est lancé et en six mois, 150 millions d’utilisateurs affluent sur la plateforme, mais les profils restent vides. Comment expliquer ce manque d’intérêt ? Personne ne comprend comment fonctionne l’application, l’interface est illisible et peu intuitive.

Néanmoins, Google persévère avec son réseau social et contraint les utilisateurs à y avoir recours. Tout d’abord, avec la création d’un compte Gmail, un compte Google + est automatiquement créé. Par conséquent, le nombre d’utilisateurs augmente, mais le nombre d’actifs continue de stagner.

Le début de la chute de Google + intervient seulement deux ans après la création de la plateforme, en 2013. À cette date, YouTube est intégré à Google +. Pour faire simple, hormis lors de la publication de vidéo, toutes les tâches liées à un compte YouTube doivent passer par le compte Google + de l’utilisateur. Problème ? Google n’a toujours pas repensé l’interface de son application. Néanmoins, sur le plan comptable, cela arrange Google. Avec l’inscription à Google+ requise pour effectuer n’importe quelle action, le nombre d’utilisateurs augmente et dépasse la barre des 500 millions, mais les actifs se font toujours rares.

L’entreprise américaine comprend que son réseau social ne décollera jamais et prend la décision de le fermer en octobre 2018.

Lire aussi : Google lance Bard, le concurrent à ChatGPT

Le projet Loon : Des ballons vites revenus sur Terre

En 2013, Larry Page arrive avec une idée, sur le papier, révolutionnaire nommé « Projet Loon ». L’objectif ? Envoyer des ballons dans la stratosphère afin d’offrir une couverture Internet à la planète entière, même dans les zones les plus reculées. Néanmoins, en 8 ans d’existence, Alphabet (l’entreprise mère de Google) n’a eu pour seul client le Kenya. 35 ballons ont pu décoller et même si, sur le plan technique c’est un succès, sur tous les autres points, c’est un échec. Seulement 10% du territoire a été couvert et les pays ne se bousculent pas pour faire décoller des ballons. En 2021, Alphabet rappelle ses ballons sur Terre. Dans la mesure où ce projet permettait d’offrir un accès à Internet à l’entièreté du globe, pourquoi Loon n’a-t-il jamais pu décoller ? La réponse est plutôt simple. En 2020, 93% de la population mondiale pouvait avoir accès à internet. Pour les 7% restants, il s’agissait soit de personnes qui n’avaient pas les moyens d’avoir accès à un smartphone équipé de 4G, soit qui ne voyaient aucun intérêt à utiliser Internet. Par conséquent, le projet Loon devenait totalement inutile.

Larry Page
Crédit : Loon

La restructuration de Google avec Alphabet par Larry Page

Avec l’expansion de Google, Larry Page crée la société Alphabet afin de regrouper Google et toutes ses filiales, dont Google X Lab qui permet de se concentrer sur des projets innovants. C’est Google X qui est derrière l’échec du Projet Loon, mais il se concentre désormais sur un projet bien plus intéressant, celui des voitures autonomes. Comme tu peux t’en douter, l’objectif est de mettre au point des voitures qui peuvent se conduire seules. En 2014, les premiers tests ont lieu sur des Lexus. De nombreux capteurs sont présents partout sur la voiture pour pouvoir analyser la route et ses différents dangers. Ces premiers essais sont plutôt réussis et Alphabet travaille depuis sur sa propre voiture : la Google Car. En développement depuis 2020, c’est la première voiture sans volant. L’objectif ? Permettre aux individus les moins aptes, en particulier les personnes âgées et les handicapés, de pouvoir se déplacer.

La Google Car, le dernier gros projet du groupe Alphabet

Google X s’est aussi lancé dans l’intelligence artificielle. La filiale d’Alphabet travaille également sur la création d’un réseau neuronal artificiel. Cette idée vient du fait que Larry Page soit un partisan du transhumanisme. C’est un mouvement qui repose sur les progrès de la science et de la technologie pour améliorer les dispositions physiques et mentales des êtres humains.

Néanmoins, en 2019, Larry Page quitte son poste de CEO d’Alphabet, mais reste membre du conseil d’administration.

Lire aussi : Tout savoir sur OpenAI, l’entreprise détentrice de ChatGPT

Quelle est la fortune de Larry Page ?

La fortune de Larry Page dépend beaucoup du cours de la Bourse puisque la plus grande partie de sa richesse provient de ses actions Google. Néanmoins, selon Forbes, sa fortune est estimée à 79,2 millions de dollars, en 2023, et fait de lui la 12e personne la plus riche de la planète. L’an passé, il était 6e avec 111 milliards de dollars. Une telle chute peut s’expliquer par une erreur lors d’une conférence sur l’intelligence artificielle. Le robot proposé par Google a fourni une réponse erronée, entraînant une chute de 8% du géant Américain en Bourse.

Avec Sergey Brin, son acolyte de toujours, Larry Page est l’une des trois fortunes mondiales les plus jeunes, parmi le top 15, le troisième étant Mark Zuckenberg, le créateur de Facebook, classé 15e.

Tu l’as compris, Larry Page est un passionné d’informatique qui a su s’imposer, dans un premier temps, dans le monde d’Internet avant de pouvoir s’étendre et toucher différents secteurs comme l’automobile ou encore celui de l’intelligence artificielle.

Lire aussi : Imagen, la nouvelle IA développée par Google

TAGS
Concours Mines-Ponts
Décryptage

Le concours commun Mines-Ponts 2024

Tu es étudiant(e) en classe préparatoire scientifique et tu souhaites poursuivre ton parcours académique au sein d’une école d’ingénieurs ? Pour cela, tu devras passer

Lire plus >

Abonne toi, la force tu trouveras

En remplissant ce formulaire, j’accepte de recevoir la newsletter d’EtudesTech et je comprends que je peux me désabonner facilement à tout moment.