Actus

Meta (Facebook) réduit ses prévisions d’embauche de 30%

Sommaire

Sommaire

Abonne toi, la force tu trouveras

En remplissant ce formulaire, j’accepte de recevoir la newsletter d’EtudesTech et je comprends que je peux me désabonner facilement à tout moment.

Meta Facebook baisse recrutement 30%

Alors que Meta (anciennement Facebook) avait prévu de recruter plus de 10 000 ingénieurs en 2022, le géant américain a récemment revu ses embauches à la baisse. Au moins 30% des postes ne seront finalement pas pourvus. Autrement dit, seulement 6 000 à 7 000 ingénieurs seront recrutés par Meta, qui annonce également que certains postes resteraient vacants. Une vague de licenciements est peut-être à prévoir. Plusieurs raisons sont à l’origine de ces décisions. Études Tech te les explique dans cet article.  

Facebook enregistre sa première perte d’utilisateurs 

La croissance économique ralentie pour Meta, si bien que son fondateur, Mark Zuckerberg, évoque « l’une des pires récessions que l’on ait connu récemment ». Pour parer ce ralentissement, Meta a, pour l’instant, mis en pause les recrutements depuis un mois. De plus, l’entreprise américaine a prévu d’augmenter les objectifs de ses salariés et de se défaire de ceux qui n’arriveront pas à atteindre leurs objectifs. Selon Marc Zuckerberg, « Il y a un tas de salariés qui n’ont rien à faire là ». Le fondateur de Facebook semble, à priori, insatisfait des performances de ses salariés. 

La perte d’abonnés de Facebook n’y est pas pour rien. En effet, l’attractivité du réseau social a baissé, si bien qu’il enregistre sa première perte d’utilisateurs lors du dernier trimestre de l’année 2021. Plus concrètement, Facebook a perdu plus d’1 million d’utilisateurs quotidiens actifs lors des trois derniers mois de l’année dernière. Meta connaît une passe difficile et n’a généré que peu de profit en 2021, étant donné que le projet de métavers a coûté près de 10 milliards de dollars à l’entreprise de Zuckerberg. 

Lire aussi : Meta lance une Académie du Métavers dès la rentrée 2022 en France

Les temps paraissent durs pour Meta, dans un secteur où la concurrence est grandissante. Face au succès planétaire de TikTok, Facebook se doit d’innover pour ne pas perdre davantage d’utilisateurs. D’autant plus que l’arrivée du réseau social chinois a bousculé les formats des réseaux sociaux, auxquels doit obligatoirement s’adapter Meta pour espérer survivre à la concurrence.
Pour cela, Meta a développé un onglet vidéo sur son application phare, afin de concurrencer l’application chinoise. Le réseau social de Zuckerberg a d’ailleurs déporté cette pratique sur Instagram, racheté en 2012, en instaurant les réels.

Le secteur de la tech : entre récession et évolution 

Meta compte donc se refaire une image, notamment en focalisant son développement sur les réels. Les utilisateurs ont presque doublé leur temps passé sur Instagram depuis que les réels ont été instaurés, ce qui représente une source de revenus potentielle si la société y développe les publicités. Les achats-intégrés, que ce soit sur Instagram ou dans l’onglet Marketplace de Facebook, sont aussi une source de croissance pour Meta, qui compte les développer davantage afin de remonter la pente. L’entreprise a également annoncé la sortie de quatre nouveaux casques de réalité virtuelle d’ici l’année prochaine, dont le premier sortira dès septembre 2023. 

Meta n’est cependant pas l’unique entreprise tech à subir des pertes. L’ensemble du secteur de la tech est concerné. Niantic, qui a notamment produit Pokemon Go, connaît une passe difficile et licencie près de 10% de ses effectifs. Il en va de même pour Netflix, qui a également connu sa première perte d’abonnés et fait face à deux vagues de licenciement, supprimant 450 postes. Tesla se sépare également de 10% de ses effectifs, soit 200 ingénieurs dans la division Autopilot. 

TAGS

Abonne toi, la force tu trouveras

En remplissant ce formulaire, j’accepte de recevoir la newsletter d’EtudesTech et je comprends que je peux me désabonner facilement à tout moment.