Actus

Qu’est-ce qu’un hacker éthique ?

Sommaire

Sommaire

Aucun article trouvé

Abonne toi, la force tu trouveras

En remplissant ce formulaire, j’accepte de recevoir la newsletter d’EtudesTech et je comprends que je peux me désabonner facilement à tout moment.

hacker éthique

Connais-tu le métier d’hacker éthique ? Internet fait désormais partie intégrante de nos vies, aussi bien dans la sphère privée que professionnelle. Une tendance accentuée depuis la crise sanitaire, qui a fait grimper les risques d’attaques virtuelles. La cybersécurité est aujourd’hui un enjeu important et de nombreuses professions se développent autour de cette thématique, dont les hackers éthiques. Que signifie ce terme ? Comment le devenir ? Études Tech t’explique tout sur le sujet.

Être hacker éthique, c’est quoi ?

Un hacker éthique est un expert informatique qui met à disposition ses compétences en la matière pour identifier et corriger les vulnérabilités de sécurité dans les systèmes informatiques. Ces professionnels du web sont également connus sous le nom de « hackers en bon état », « hackers de sécurité », ou encore « consultants en sécurité » et travaillent, de manière générale, pour des institutions soucieuses de leur santé virtuelle. Leur principal objectif ? Protéger les systèmes informatiques contre les cyberattaques.

Contrairement aux hackers malveillants, qui exploitent les failles de sécurité d’un système informatique pour en tirer des gains personnels, les hackers éthiques sont tenus de suivre des normes strictes et de respecter les réglementations en matière de cybersécurité. Ils utilisent des techniques de piratage pour trouver les points faibles d’un réseau et travaillent en collaboration avec les propriétaires des systèmes pour les aider à corriger ces faiblesses.

Lire aussi : Le vishing, la cyberattaque du moment

Les principales missions d’un hacker éthique

Les missions d’un hacker éthique sont multiples et tout aussi importantes les unes que les autres. En premier lieu, il teste la sécurité des systèmes informatiques pour identifier les vulnérabilités et les failles potentielles. Pour y parvenir, les hackers éthiques réalisent une large batterie de tests, puis évaluent les risques de sécurité dans le but d’aider les entreprises à comprendre les menaces potentielles, afin qu’elles puissent prendre des mesures de sécurité appropriées.

Ces génies du web travaillent en parallèle avec les propriétaires des systèmes pour corriger les faiblesses de sécurité, en fournissant des recommandations, et ainsi protéger les données sensibles. Les hackers éthiques peuvent également former le personnel des entreprises sur les meilleures pratiques en matière de sécurité informatique et organiser des exercices de simulation d’attaques pour les aider à contrer une éventuelle attaque virtuelle.

S’ils sont sollicités pour leurs connaissances techniques, les hackers bienveillants sont également réputés pour leur respect des normes éthiques et légales en matière de cybersécurité. Agir dans le respect de celles-ci, une donnée qui marque la frontière entre les hackers éthiques… et les pirates du web.

Comment devenir hacker éthique ?

Le parcours académique pour devenir hacker éthique

Tu l’auras compris, le métier de hacker éthique s’apparente à celui d’un expert en informatique. Par conséquent, il doit être doté d’un important bagage de connaissances techniques. Trois années d’études sont un minimum requis pour pouvoir prétendre à un poste important dans l’univers informatique. Les profils recherchés possèdent généralement un ou plusieurs diplômes, obtenus en universités ou écoles spécialisées. Cependant, ces qualifications ne sont parfois pas suffisantes selon le domaine et plusieurs certifications délivrées par des organismes reconnus font office d’atout supplémentaire.

Parmi les formations les plus courantes, on retrouve les BUT, BTS, Bachelor ou licences professionnelles, en informatique, avec des spécialisations dédiées à la cybersécurité. Ces cursus sont réalisables en trois ans et permettent une première approche concrète de la notion.

Après ces trois années, il est recommandé de poursuivre son parcours académique vers un bac+5 en école d’ingénieurs ou au sein d’un master en université. L’objectif de ces deux années ? Se spécialiser dans un domaine bien précis. Pour devenir hacker éthique, consolider ses connaissances en cybersécurité doit être une priorité.

Si tu souhaites en savoir plus sur le piratage éthique, sans passer par la case université, plusieurs formations en ligne existent et te permettront de découvrir et de te familiariser avec les notions de base du hacking éthique.

Les qualités requises

Si un socle de connaissances en informatique est essentiel pour devenir hacker éthique, de nombreuses autres qualités sont nécessaires Dans un premier temps, et cela va de soi, il faut être un(e) passionné(e) d’informatique. Les professionnels de cette branche sont animés par une envie de comprendre le fonctionnement des systèmes et cherchent constamment des solutions pour renforcer leur sécurité.

En plus de ces qualités, l’éthique est un aspect crucial du travail d’un hacker éthique, comme son nom l’indique. Ils doivent respecter les normes légales en matière de cybersécurité et faire preuve d’honnêteté et de transparence.

Les hackers éthiques doivent également être créatifs et avoir la capacité de penser en dehors des sentiers battus pour trouver des solutions aux problèmes de sécurité, une qualité qui peut davantage être mise en avant si le principal concerné fait preuve de persévérance et de patience.

Le salaire d’un hacker éthique

En France, selon les données de Glassdoor, la rémunération d’un hacker éthique est comprise entre 45 000 à 60 000 euros bruts par an, un montant qui peut grimper jusqu’à 80 000 euros ou plus pour les professionnels les plus expérimentés. Aux États-Unis, le salaire annuel moyen pour un hacker éthique peut même monter jusqu’à 150 000 dollars bruts par an.

Les salaires varient en fonction du secteur dans lequel un hacker éthique est employé, mais globalement, les rémunérations semblent être confortables. Pourquoi de tels montants ? Sans doute parce que le niveau d’expertise et de spécialisation attendu pour exceller dans ce domaine est élevé. La demande étant de plus en plus forte depuis la crise sanitaire, les entreprises sont contraintes à davantage considérer le métier de hacker éthique d’un point de vue financier.

Quelles différences entre un hacker et un hacker éthique ?

La principale différence entre un hacker et un hacker éthique réside dans leur intention et leur approche en matière de sécurité informatique. Comme évoqué précédemment, le hacker éthique travaille main dans la main avec les institutions demandeuses afin qu’ils assurent la sécurité du système informatique. Si les hackers éthiques existent aujourd’hui, c’est justement pour contrer les hackers aux intentions belliqueuses ! Si l’on devait résumer, l’un cherche à s’introduire illégalement dans un système informatique pour nuire à sa cible… tandis que l’autre tente de contrer ses attaques.

Lire aussi : Les 10 plus grands hackers de l’histoire

Devenir hacker éthique, est-ce légal ?

Le terme « hacker » peut prêter à confusion quant à la légalité de la profession. Un hacker éthique est avant tout considéré comme un consultant spécialisé en cybersécurité ayant pour but d’anticiper les agissements de véritables hackers. Ils exercent sous le contrôle de l’entreprise à laquelle ils sont rattachés et ont donc pour principale mission d’assurer la sécurité d’un système informatique. Pour y parvenir, ils utilisent parfois des moyens détournés, pouvant s’apparenter à du véritable piratage, d’où le terme hacker éthique : tous les moyens sont bons pour assurer la protection d’un réseau informatique et éviter les intrusions étrangères !

Lire aussi : Le salaire d’un pentester, hacker chargé de la sécurité informatique

TAGS

Abonne toi, la force tu trouveras

En remplissant ce formulaire, j’accepte de recevoir la newsletter d’EtudesTech et je comprends que je peux me désabonner facilement à tout moment.